Le Chrysler Building va s’offrir son propre observatoire.

Après celui de l’Empire State Building, du Top of the Rock (Rockfeller Center) ou de la WTC1, et depuis le début de cette année, ‘The Edge’ à Hudson Yards, le Chrysler Building, va enfin avoir son propre observatoire !

Nous allons pouvoir pénétrer en son sein et emprunter l’un de ses 34 ascenseurs décorés en bois précieux, et peut être faire une halte au 25e étage pour admirer la magnifique frise nommée Transport and Human Endeavor, qui représente des avions et les chaînes d’assemblage d’automobiles de l’emblématique constructeur automobile Chrysler avant de nous rendre aux 61et 62ème étages, pressentis pour accueillir le projet.

La commission en charge de la conservation du patrimoine new yorkais a approuvé le projet cette semaine et les travaux d’aménagement vont sans doute pouvoir rapidement débuter.

Source : Secret NYC
A droite, le projet de l’observatoire.
source : RFR | proposition du cabinet Gensler avec l’aimable autorisation de la Commission de Préservation des monuments
Source : 6sqft.com
Vue nord-sud avec écran de verre proposé à droite; 
Rendu par Gensler / RFR Realty, avec la permission de la Commission de préservation des monuments

L’observatoire ne sera évidemment pas situé au sommet de l’édifice mais juste avant le départ de sa pointe, dite flèche, rénovée en 1995 et juste au dessus des 8 célèbres gargouilles à tête d’Aigle en Chrome et Acier inoxydables.

source : site 6sqft
L’impact visuel de l’observatoire, depuis East 40th Street; 
Rendu par Gensler / RFR Realty, avec la permission de la Commission de préservation des monuments
1930 Margaret Bourke White, 1er photographe féminin pour le magazine Life.
Source Photo : Chrysler Building Views

Présentation et Histoire du Chrysler Building.

Ce building, reconnaissable entre 1000 et emblématique de New York, outre le Flatiron que j’affectionne et le mythique Empire State Building, a été construit entre 1929 et 1930 sous la direction de l’architecte William Van Alen. Le donneur d’ordre étant l’entreprise automobile Chrysler dont on trouve des références à travers les magnifiques gargouilles sur sa façade.

Ci après une gargouille ailée, inspirée des bouchons de radiateur qui ornaient les capots des automobiles Chrysler et qui reposent sur les coins du 3ème décrochement du gratte-ciel.

L’inauguration a eu lieu le 27 mai 1930. Le Chrysler Building était alors le plus haut building de New York.

Il faut savoir que que ce célèbre building de 77 étages, véritable joyau art déco (style architectural dominant dans les années 1920, pendant le Jazz Age), abritait au siècle dernier :

  • un observatoire (déjà !) sur le thème planétaire, surnommé le Céleste (The Celestial), au 71e étage, qui a fermé ses portes en 1945
  • un fameux bar clandestin (speakeasy) pendant l’ère de la prohibition, qui abritait un restaurant et bar ultra-select’, le «Cloud Club», qui occupait autrefois les 66e, 67e et 68e étages du gratte-ciel.
67ème étage – le délaissé speakeasy du Cloud Club (source google)

Le Cloud Club, un repaire exclusivement masculin, a fonctionné comme un speakeasy et faisait partie des clubs privés gastronomiques les plus prisés à l’époque avec une salle à manger principale décrite par le New York Times comme ayant «une apparence futuriste de Fritz Lang, avec des colonnes de granit poli et des appliques en verre gravé». 

Parmi les habitués fréquentant l’établissement, sonnant comme une retraite privée pour les cadres illustres et fortunés de Manhattan, qui venaient y boire un verre alors que c’était interdit, il y avait Juan Trippe, fondateur de la Pan American World Airways, l’éditeur Condé Nast, le boxeur Gene Tunney et l’on pouvait même y croiser Walter Chrysler lui-même, le fondateur de l’Empire Chrysler (qui avait d’ailleurs sa propre salle à manger privée).

Ouvert en juillet 1930, alors que le Chrysler Building lui-même avait officiellement ouvert ses portes le 28 mai de la même année, le club a fermé ses portes en 1979, mais le large escalier en bronze et en marbre est toujours là et la vue à travers l’arc de la fenêtre de deux étages au 67ème, regarde toujours vers le sud de cette ville en perpétuelle mutation.

Dans le nouveau projet, il serait question d’y ouvrir un espace restauration, redonnant vie à l’espace du Cloud Club, vous y sentirez peut être l’Âme des grosses fortunes ayant fréquenté les lieux !

Si vous vous y rendez pour l’heure, il ne vous sera permis que de prendre en photos le hall d’entrée, riche en décorations en marbre, acier et granit mais pas de vidéo.

Lorsque l’édifice appartenait encore à la Chrysler Corporation, le rez-de-chaussée abritait un showroom de véhicules de la marque.

(source photo : google)

Historique de ses différents propriétaires.

Après avoir été ‘bradé’ par ses précédents acquéreurs en 2019,  pour 150 millions de dollars au fonds RFR de l’investisseur immobilier new-yorkais Aby Rosen et un «partenaire étranger» non identifié, selon le Wall Street Journal, il faut savoir à l’origine que c’est Walter Chrysler lui-même, fondateur de la marque automobile, qui avait financé les travaux de construction, soit 15 millions de dollars, à l’époque, pour y implanter le siège de son entreprise jusque dans les années 1950. Il était de bonne augure d’étaler sa fortune à l’époque en construisant des buildings renforçant sans doute la mégalomanie de leurs puissants propriétaires.

Mais dès 1957, l’immeuble qui avait été revendu une première fois en 1953 passe aux mains des magnats de l’immobilier Sol Goldman et Alex DiLorenzo pour 42 millions de dollars. Lorsqu’ils connaissent des difficultés financières et après le décès de DiLorenzo en 1975, la propriété du gratte-ciel revient en 1978 à la Massachusetts Mutual Life Insurance Company. Elle le revend dès l’année suivante à Jack Kent Cooke, un investisseur de Washington. Les indiscrétions de l’époque évoquent un prix avoisinant 90 millions de dollars.

En 1997, Tishman et Speyer auraient déboursé entre 210 et 250 millions pour acquérir l’ensemble avant d’en tirer 800 millions lors de la revente de 90% du capital à Mubadala en 2008 avant l’effondrement de 2019.(source : Immobilier.le Figaro)

On dirait que les nouveaux propriétaires veulent redonner ses lettres de noblesse à ce bâtiment mythique qui semble finalement peu connu du grand public qui pourtant l’affectionne, puisqu’il fait partie des buildings incontournables de New York et de son histoire.

Affaire à suivre !

Localisation du bâtiment : à l’angle nord-est de la 42e rue et de l’avenue Lexington.

@ bientôt !

Marjorie


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s