New York vs Lyon #nyvslyon

Bonjour les amis,

Fan de New York mais aussi de la belle ville de Lyon, j’ai voulu dresser un parallèle entre les deux villes et vous me direz ce que vous en pensez.

Je sais, Lyon n’a pas la carrure pour se mesurer à New York me direz vous ? Détrompez vous ! Au niveau architectural, mode de vie (agréable), je leur ai déjà trouvé des similitudes.

Lyon n’est pas dans le cœur de beaucoup de français ou de touristes européens à cause de son fameux tunnel de Fourvière (qui entre nous sera bientôt déclassé pour n’être utilisé que par les Lyonnais et qui vient d’être abimé par un poids lourds) ; sachez que Fourvière est aussi une bien jolie colline qui surplombe toute la ville et le nom d’un joli quartier.

Je voulais vous la présenter de façon attirante, afin que vous vous laissiez glisser dans mon récit, à sa rencontre.

Cette ville possède en effet des références et des points communs à New York, et les voici.

1.Frédéric Auguste Bartholdi : Statue de la Liberté vs Fontaine Bartholdi.

Vous connaissez Frédéric Auguste Bartholdi, né le 2 août 1834 à Colmar (mort le 4 octobre 1904 à Paris), ce sculpteur et peintre français qui a conçu notre fameuse Statue de la Liberté (la Liberté éclairant le monde) située dans le port de New York, sur Liberty Island, au Sud de Manhattan tout près d’Ellis Island (Porte d’entrée des immigrants qui arrivaient aux Etats Unis en quête d’une vie meilleure pleine de promesses de réussite du 1er janvier 1892 jusqu’au 12 novembre 1954) ; ce même Bartholdi a réalisé pour Lyon une fontaine : La Fontaine Bartholdi

Voici sa petite histoire : La ville de Bordeaux avait décidé en avril 1857 de faire réaliser une fontaine pour sa place des Quinconces et avait lancé un concours dont le lauréat était le jeune sculpteur Frédéric Batholdi, âgé alors de 23 ans. Il présente alors une œuvre inspirée du bassin d’Apollon à Versailles.

Malheureusement aucune suite ne sera donnée à son projet et c’est en 1886, après l’inauguration de la Statue de la Liberté que  le Maire de Bordeaux décide de reprendre contact avec lui pour relancer l’ébauche réalisée près de trente ans plus tôt.

Bartholdi se lance et termine alors en 1888, la réalisation de sa fontaine, aidé par la Société Gaget & Gauthier, qui avait travaillé avec lui sur la Statue de la Liberté :

La fontaine met en avant un char tiré par quatre chevaux marins sur lequel sont disposés une femme et deux petits enfants ; ce char se nomme ‘Char triomphal de la Garonne’, puisqu’il représente la Garonne et ses quatre affluents, et sera présenté à l’Exposition Universelle de Paris de 1889.

C’est le Maire de Lyon, Antoine Gailleton, qui, séduit par l’œuvre, décide de l’acheter avec l’accord  de  son  conseil  municipal  en juillet 1890, pour un prix de 100 000 francs, soit 50 000 francs en dessous de son prix fixé par Bartholdi. Celui ci, déçu par le prix, vient quand même à Lyon en automne de la même année pour convenir de l’emplacement de son oeuvre et écarte tour à tour les sites du Cours Perrache, de la place de la République et du Parc de la Tête d’Or, qui ne lui conviennent pas. Enfin, il accepte que la fontaine soit installée sur la place des Terreaux, face à l’hôtel de ville, à la suite de la décision du conseil municipal de mars 1891 et son inauguration aura lieu le 22 septembre 1892.

En 1992, la municipalité décide de réaménager l’espace à la suite de la construction d’un parc de stationnement sous la place. Et lors de la rénovation de la place, la fontaine est déplacée pour des raisons d’ordre architectural.

Puis, le 29 septembre 1995, la fontaine Bartholdi est classée monument historique et est alors inaugurée une seconde fois.

Elle se trouve donc désormais face au Musée des Beaux Arts, qui contient d’ailleurs une ébauche en terre cuite de la Statue de la Liberté.

Enfin, au vu du mauvais état général de la statue, sa restauration démarre en mars 2016, pour un budget de 2 750 000 euros. En effet, la structure métallique est entièrement rouillée et la statue de plomb est déformée et fissurée. Après renfort de la structure interne, chaque partie de la statue est délicatement démontée en mai et juin 2016 et Amphitrite et ses anges quittaient la place des Terreaux pour prendre la direction de la fonderie de Coubertin, en région parisienne. Huit mois de traitement et trois mois de remontage sont prévus. La fin des travaux est donc prévue pour cet automne.

(texte : source wikipedia)

(Credit photos : moi même)

2. Central Park et le jardin botanique de Brooklyn vs le parc de la tête d’or et son jardin botanique à Lyon ;

Le parc de la Tête d’or est un parc urbain public situé à Lyon et c’est l’un des plus grands de France. Ouvert au public dès 1857 alors que les travaux ne sont pas achevés,  il est exactement contemporain de Central Park à New York, créé et ouvert la même année.

Le parc est enrichi de nombreux bâtiments mais je vais m’attarder sur ses grandes serres datant de 1865. Aujourd’hui géré par la ville de Lyon et véritable poumon de l’agglomération s’étendant sur 117 hectares au cœur de la cité, On y accède par huit entrées, la dernière ayant été ouverte en 2009, au niveau de l’esplanade de la Cité Internationale.

Il abrite lui aussi, comme celui de Central Park, un jardin zoologique et comme à Brooklyn, un magnifique jardin botanique.

Le jardin botanique de Brooklyn :

Celui de Brooklyn a été fondé en 1891 (Brooklyn Botanic Garden, BBG) et s’étend sur 21ha ; il est le plus visité des Etats-Unis depuis son ouverture au public  en 1910. Tout comme celui de Lyon, vous pouvez vous y reposer en plein cœur de la jungle urbaine ou en faire la visite guidée.

Il est en outre connu pour ses variétés de plantes japonaises, réunies dans un espace dédié : le Japanese Hill-and-Pond Garden. Il s’agit d’une reconstruction miniature d’un véritable paysage japonais, avec sa maisonnette, son pont, ses petites lanternes …

Le jardin botanique de Brooklyn comporte d’autres espaces spécifiques, comme le jardin des enfants, ou celui des herbes. Il présente plus de 300 variétés d’herbes correspondant à différents usages : culinaire, médicinal… Un jardin du parfum permet aux visiteurs de redécouvrir la nature par les odeurs. Il a été spécialement conçu pour l’accueil des aveugles. Et si vous appréciez Shakespeare, sachez que toutes les variétés de plantes évoquées dans ses œuvres sont réunies dans un cottage anglais, baptisé Shakespeare Garden.

Le point commun avec Lyon que j’ai voulu relever, c’est sa magnifique grande serre :

IMG_9969

(serre du jardin botanique de Brooklyn -photo de Carole du Blog : du vent dans les voiles)

Le jardin botanique de Lyon :

Petit récapitulatif des dates phares :

  • 1865 : construction des grandes serres et de la serre des agaves par l’architecte Gustave Bonnet.
  • 1887 : édification de la serre Victoria, détruite en 1980.

Les grandes serres de Lyon, sont reconstruites de 1877 à 1880 :

IMG_1227

(Crédit photo : moi même)

Dans le jardin botanique du parc de la Tête d’Or, le Central Park de Lyon, on peut découvrir environ 15 000 plantes. On y trouve ainsi 6 000 espèces réparties dans différentes serres :

  • les grandes serres, dont le toit central de celle du milieu est à 21 m pour permettre aux plantes tropicales, comme les camélias de plus d’une centaine d’années, de respirer ;
  • la serre-aquarium ;
  • la serre hollandaise, qui abrite des plantes carnivores ;
  • les petites serres chaudes, avec les orchidées ;
  • les petites serres froides, avec des plantes à fleurs horticoles comme les azalées, les cactées.

L’ensemble de ces serres représente 5 200 m² et préserve environ 6 000 espèces.

3. Hudson et East River vs la Saone et le Rhone :

New York

L’Hudson (ou Hudson River en anglais) est un fleuve navigable de 507 km de long, coulant principalement dans l’État de New York et formant en partie la frontière entre les États de New York et du New Jersey. Le nom du fleuve provient de Henry Hudson, un Anglais naviguant pour le compte des Provinces-Unies et notamment de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales (Vereenigde Oost-Indische Compagnie ou VOC), qui explora le fleuve en 1609.

Cependant et c’est là que l’article est vraiment à propos, le premier Européen en mesure de l’observer fut l’Italien Giovanni da Verrazano en 1524, dont l’expédition fut financée par les marchands florentins de Lyon et par François Ier.

On a  tendance à considérer à tort l’Hudson comme l’un des plus longs fleuves des États-Unis, alors qu’il n’est en fait géographiquement qu’un estuaire sur la plus grande partie de son parcours. Ce phénomène d’être bifurqué au nord en deux estuaires explique le nom mohican du fleuve, Muh-he-kun-ne-tuk, ce qui signifie « le fleuve qui remonte des deux côtés ». Les fortes marées rendent ainsi parfois la navigation dans le port de New York ou sur le fleuve délicate; pendant l’hiver, il arrive que des blocs de glace naviguent sur le cours du fleuve, du nord au sud ou du sud au nord, au gré des marées.

L’East River n’est pas un fleuve ou une rivière mais un détroit qui sépare Long Island (incluant les arrondissements de Queens et de Brooklyn) de Manhattan et du Bronx. En raison de sa connexion avec le Long Island Sound, l’East River était parfois baptisée Sound River. Au nord du détroit, la Bronx River se jette dans l’East River, et au nord de Ward’s Island, le détroit de Bronx Kill assure la connexion entre Harlem River et l’East River.

Ces 2 cours d’eau entourent l’île de Manhattan comme le font le Rhône et la Saône pour la presqu’île de Lyon.

Central-park-visible-Manhattan satellite

Lyon

Le Rhône est un fleuve  long de 812 kilomètres, qui prend sa source dans le glacier du Rhône, en Suisse, à une altitude de 2 209 m, à l’extrémité orientale du Valais, dans le massif des Alpes uranaises.
Il parcourt 290 km en Suisse, se jetant dans le lac Léman pour en sortir à Genève. Il entre ensuite en France, où il parcourt 522 km, selon l’Encyclopédie Larousse.

La Saône est une rivière navigable de l’Est de la France, principal affluent du Rhône, qui prend sa source à Vioménil au pied du Ménamont, au sud du Seuil de Lorraine (département des Vosges), à 405 m d’altitude.

4. Stone Street vs la rue Saint Jean.

Manhattan et Lyon ont chacune des rues pavées qui appartiennent à des quartiers historiques où il fait bon vivre. Les deux sont jalonnées de bistrots et restaurants coquets qui sauront vous ravir.

New York

Dans le Lower Manhattan et son quartier financier, côté East river, tout près des bateaux à quai sur le Pier 17, vous pouvez vous imprégner de l’ambiance de la jeune Manhattan d’il y a 200 ans, alors en plein boom économique, boosté par les navires chargeant et déchargeant des marchandises, contribuant à la montée en puissance de cette île peu commune ; aussi, il est une rue attachée à l’histoire et à cette époque parfaitement reconstituée à travers les frontons rénovés des bâtiments et de cette rue pavée : Stone Street qui doit son nom à son pavage en pierres (elle s’appelait en 1660 Brouwer Straet puis Brewers Street).  Dans les années 1980, elle a été divisée en deux parties par la construction de la tour Goldman Sachs.

Ces dernières années, des investisseurs ont réussi à redonner vie à cette rue, en la restaurant, tout en gardant les devantures originales des édifices. Pour info, la rénovation et la conservation de l’architecture initiale qui a été maintenue sur plus d’une dizaine de bâtiments, porte le nom de ‘Historic Front Street’. C’est important de le savoir parce qu’au milieu du 20ème siècle, le quartier était à l’abandon. Maintenant, c’est une rue prisée pour prendre un verre, boire une bière dans la Stone Street Tavern ou manger sur le pouce, tout en étant confortablement assis sur une terrasse, au beau milieu d’un paysage marquant de l’histoire américaine, à deux pas de la Fraunces Tavern, le plus vieil immeuble de New York mais aussi l’endroit où George Washington fit ses adieux à ses officiers, en 1783, après que les Américains obtinrent leur indépendance.

IMG_6716.JPG

Fraunces Tavern (credit photo : moi même)IMG_6722

45 stone street : le BAVARIA pour déguster une bonne bière (credit photo : moi même)

Lyon

Dans le quartier dit du Vieux Lyon (5ème arrondissement de la ville) vous trouverez la rue pavée de Saint Jean, rue principale du quartier qui porte le même nom, que j’affectionne particulièrement puisque là aussi les édifices, dont beaucoup datent du Moyen Age, vous transportent dans une autre époque, celle là même où elle s’appelait  d’abord Rue du Palais, en référence au Palais de Roanne (https://fr.wikipedia.org/wiki/Palais_de_Roanne), à l’emplacement du Palais de Justice, puis Grande Rue ou Rue Porte-Froc.

Il faut savoir que la rue Saint-Jean avait été tracée à la fin du 3ème siècle,  après que les habitants de Fourvière, la ville haute de Lyon qui s’appelait alors Lugdunum, se sont vus privés de leur alimentation en eau et contraints de descendre vers la Saône pour bâtir peu à peu tout un quartier, où se trouve l’actuel Vieux Lyon.

La rue Saint-Jean tient son nom actuel de la Cathédrale Saint Jean à laquelle elle mène.

5. le métro New Yorkais vs celui de Lyon

Je pense ne pas être objective mais je trouve que les 2 cartes se ressemblent étant toutes les 2 assez linéaires ; ce qui marque une différence entre les 2 villes c’est celui de Lyon, sans conducteur.

Si vous voulez savoir quelle est ma ligne préférée pour Lyon c’est la verte, reliant le quartier Monplaisir au Vieux Lyon. Quant à New York, au prochain séjour je testerai la ligne 7.

6. les cloîtres. 

New York

J’ai été hébergé à Inwood à NY en octobre 2015, c’est le dernier quartier de l’Upper Manhattan, celui là même à la pointe Nord de l’île, à la limite du pont qui vous emmène dans le Bronx. Juste avant ce quartier, il y a celui de Washington Heights  et son parc du nom de Fort Tyron Park où vous trouverez au bord de l’Hudson River, The Cloisters (Les Cloîtres en français) qui possèdent la plus grande collection d’art médiéval du continent américain puisqu’ils regroupent des cloîtres médiévaux européens, des collections d’objets médiévaux et fait partie, depuis 1925, d’un des nombreux départements du Metropolitan Museum of Art .

Lyon
J’ai eu la chance en mai dernier de pouvoir visiter le magnifique hôtel Fourvière, situé sur le haut du théâtre antique, au 23 rue Roger Radisson, qui réinvente l’ancien couvent édifié par Bossan en 1854 pour les sœurs de la Visitation. Il s’ouvre sur le parc des Hauteurs, paisible écrin de verdure destiné originellement à abriter la clôture des moniales. Le Jardin de la Visitation est devenu depuis un jardin public apprécié des riverains.
Peu d’aménagements intérieurs du couvent initial ont été conservés, tant le bâtiment a connu des mutations au cours de son histoire.
Il a abrité un pensionnat de jeunes filles jusqu’en 1903, puis accueilli des blessés durant la première guerre mondiale. Ensuite, il fut vendu à la municipalité de Lyon en 1965, André Malraux et Louis Pradel le destinant à la création d’une école d’architecture. Loué finalement aux Hospices Civils de Lyon en 1970, il abrita d’abord des élèves infirmières avant de devenir en 1974 le lieu de dépôt des Archives de l’Hôtel Dieu.
A l’entrée principale, ouvrant sur la chapelle, l’auvent s’impose autant comme geste architectural qu’en tant qu’élément signalétique et œuvre d’art.
Aussi la chapelle a-t-elle été intégralement restaurée à l’identique par l’Atelier Royal de septembre 2013 à juillet 2014, sous le haut patronage des Bâtiments de France, pour accueillir l’espace de réception de l’hôtel. * (extrait du dossier de presse de l’hôtel)
Je vais arrêter d’en parler et vous laisser aller le découvrir lors de votre prochain séjour à Lyon.
Avant, j’ai sélectionné pour vous quelques photos qui rappellent le ‘Cloisters’ de Manhattan :
Et pour le plaisir des yeux, d’autres photos qui vous donneront envie d’aller y séjourner :
Vous y verrez notamment les portes des chambres qui sont vraiment originales puisqu’elles sont à l’effigie de Lyonnais historiques et classés chronologiquement en fonction des étages…..

7. L’Oculus vs l’aéroport Saint-Exupéry

  • A New York, au pied de la fameuse tour THE ONE (WTC1) (baptisée d’abord FREEDOM TOWER), qui s’érige fièrement à l’emplacement des twin towers (matérialisées par 2 bassins d’eau, portant les noms des victimes du 11 septembre 2001) vous trouverez un gigantesque bâtiment blanc à l’allure futuriste, dessiné par l’architecte espagnol Santiago Calatrava : il s’agit de l’Oculus, soit une gare ferroviaire reliant le métro à la ligne régionale PATH vers le New Jersey et qui remplace l’ancienne détruite lors des attentats.

         Ce projet aura mis plus de 10 ans pour laisser émerger cet édifice futuriste inauguré en mars 2016 implanté en plein coeur de Ground Zero.

        Sa partie émergente évoque, selon l’architecte, la silhouette d’une colombe lâchée par les mains d’un enfant. Longue de 350 pieds (106,68 m) et haute de 50 m, elle offre un volume vide dans lequel on pourrait loger une cathédrale. Elle se compose de 22 000 tonnes d’acier et d’un volume non-publié de marbre blanc.

         Ce gigantisme n’est rien comparé à ce que vous ressentez quand vous y pénétrez !

         Vous êtes accueilli par un immense hall entièrement recouvert de marbre blanc qui me fait penser à l’ossature d’une baleine, qui se situe en partie en dessous du mémorial du 11 septembre et est relié à une partie hors-sol nommée justement L’Oculus. L’édifice a été conçu pour rendre un hommage particulier aux victimes de cette tragédie du 11 septembre à chaque date anniversaire ; en effet, ses ouvertures et notamment la verrière le long du faîte de la toiture laissent filtrer la lumière du jour et notamment les rayons du soleil qui pénètrent par cette ouverture et illuminent l’intérieur du bâtiment,  chaque 11 septembre à 10 h 28, l’heure exacte à laquelle la seconde tour s’est effondrée.

credit photo : moi même

IMG_1304[1]

  • Quand vous passerez par l’aéroport / Gare Saint-Exupéry à Lyon, vous serez marqué par son architecture qui a été conçue elle aussi par le même architecte de l’Oculus à NY et qui représente lui aussi  ‘l’envol d’une colombe’, malgré sa conception massive en béton armé couvert d’un toit en acier et forcément, vous rappellera l’Oculus à New York. J’ai réussi à le prendre en photo le 8 décembre 2018.(crédit photos : moi même)

8. la ville des amoureux

Ces photos parlent d’elles-mêmes.

A gauche celle du blog de lapetitelyonnaisephotographie et à droite l’affiche du célèbre film MANHATTAN de et avec Woody Allen.

Pour ma part, j’ai eu la chance à chaque fois d’y aller avec mon mari qui partage mon amour pour ces deux villes, ce qui renforce aussi le nôtre et maintenant y aller sans lui, me parait inenvisageable car indissociable de moi et de mes passions.

Marjorie

la ville des amoureux1413111107_manhattan

Publicités

15 réflexions sur “New York vs Lyon #nyvslyon

  1. Je connais très bien la ville de New York mais je dois avouer que je connais très peu la ville de Lyon. Après avoir lu ton article j’ai très envie de découvrir la ville de Lyon. Je n’imaginais pas tant de point de concordance entre ces deux villes. Je suis agréablement surpris. Au plaisir de te lire!

    J'aime

  2. Super article qui m’a surtout permis de découvrir … Lyon 😊😊
    J’ai beaucoup aimé le paragraphe sur les fleuves entourant leur ville respective.
    Très d’instructif et si facile à lire, tes récits sont passionnants.
    Merci Marjorie.

    J'aime

  3. Très intéressant, je dois dire qu’un jour j’irai à Lyon, riche de son patrimoine et de sa culture, elle saura me séduire..grâce à la passion, ces villes font de toi une érudite! Merci Marjo ,et comme dit Pierre, au plaisir de te lire

    J'aime

  4. Jamais été à Lyon si ce n’est en étape au bord de l’autoroute….merci pour cette envie de découvrir la ville même si cela sera un projet plutôt lointain, quand je ne serai plus capable d’aller à NY ♥ Bisous

    Aimé par 1 personne

  5. Merci pour ce passionnant récit. On ne fait assez attention aux similitudes, et pourtant…
    Merci pour ce reportage, très bien écrit et très bien illustré.
    A bientôt pour d’autres .

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s